Cité troglodytique de Vardzia

Vardzia est un complexe monastique troglodytique géorgien totalement façonné dans le roc et uniquement à la main. Le voyage est d’autant plus passionnant que la forteresse est construite sur une vallée pittoresque.

Visite guidée de cette ville souterraine perchée sur le Mont Erusheti.

Vardzia, une remarquable « ville » troglodyte à explorer

La Géorgie abrite l’un des plus impressionnants sites historiques et culturels d’Europe, la citadelle fortifiée de Vardzia Cave. Elle a la particularité d’être façonnée entièrement sur les pentes rocheuses du Mont Erusheti.

Cette forteresse souterraine se trouve précisément sur la rive gauche du fleuve Mtkvari, à une trentaine de kilomètres de la ville d’Aspindza.

D’après les fouilles effectuées au cours de l’ère soviétique, il fut prouvé que cette « ville » troglodyte était occupée depuis l’Age de Bronze.

A l’origine, elle fut construite comme base militaire et forteresse contre les attaques issues des troupes turques. Plus tard, elle servit de site religieux.

Selon la légende, l’origine du nom de Vardzia serait étroitement liée au Roi George III et à sa fille la future Reine Tamar.

Lorsqu’elle était petite, la reine accompagna le Roi et ses nobles à la chasse près des grottes. Malheureusement, elle se perdit dans les cavernes.

Tous se mirent à la chercher et à l’appeler. Celle-ci entendant les appels répondit « ar var, dzia » signifiant « je suis ici mon oncle », « oncle » étant un terme commun employé par les enfants géorgiens pour dire monsieur. L’assemblage de ces mots a donné le nom du site « Vardzia ».

Sous le règne de Tamar, Vardzia a atteint son apogée. Les historiens font notamment référence aux importantes contributions de la reine pour développer économiquement la citadelle, sans oublier les magnifiques résidences taillées dans les grottes naturelles.

La forteresse de Vardzia, une structure unique

48 ans de travail furent nécessaires pour façonner, à la main, le complexe troglodyte de Vardzia.

Les grottes naturelles s’étirent sur 500 mètres le long de la falaise.  Le site, s’étageant sur 19 niveaux, comportait plus de 3 000 cavernes et pouvait accueillir jusqu’à 50 000 habitants.

Celles-ci étaient reliées entre-elles par un dispositif complexe de passages secrets. D’ailleurs, ces tunnels cachés étaient la seule façon d’accéder à cette cité souterraine.

Le Roi George III commença la construction de la forteresse au XIIe siècle et la Reine Tamar décida de poursuivre et achever l’édification du complexe troglodyte après la mort de celui-ci.

Originellement, la citadelle était constituée de 3000 lieux de résidences. Environ 600 unités résidentielles, culminant à 900 mètres, furent construites à l’intérieur des murs escarpés en tuf, sur la rive gauche de la Koura.

D’après la légende, 366 appartements, soit un pour chaque jour de l’année, appartenaient à la Reine Tamar dans le but d’éviter que ses ennemis puissent la retrouver. Chaque résidence comprend 3 pièces adjacentes.

Outre les habitations, ce sanctuaire souterrain contenait également une salle de trône, des écuries, des casernes, des temples, des bains, des bibliothèques, des boutiques, une cuisine avec salle à manger, des pressoirs à vins et un long réseau d’eau.

Les belles caves à vins font aussi la renommée de cette citadelle. Il y en avait 28 au total, dont 6 parmi les 300 églises-halls et 22 dans les magasins.

Au centre de la forteresse est érigée l’Eglise de la Dormition, aussi appelée le Grand Temple de la Vierge Marie.

A l’entrée de l’église s’élève un portail à colonnes, orné de 2 arches. Plusieurs peintures murales ornent l’intérieur, représentant des scènes historiques majeures de la vie du Christ et de la royauté géorgienne. Les peintures sont d’autant plus exceptionnelles qu’elles ont été réalisées par le biais de techniques traditionnelles locales.

Au sol, remarquez les conduites d’eau faites en terre cuite datant du XIIIe siècle.

L’approvisionnement en eau, pour l’ensemble de cette ville souterraine, s’effectuait par le biais d’un tunnel de 3,5 km de long.

Près du clocher de l’église de la Dormition se trouve les vestiges des tuyaux ayant servi à rediriger les 160 000 litres d’eau produits par jour.

La nourriture, qui était chaude en été et fraîche en hiver, était stockée à l’arrière des grottes.

Plus de 100 moines ont habité de façon permanente dans ce complexe monastique et des milliers d’individus ont pu s’y cacher lors des attaques.

Aujourd’hui, il est possible de trouver quelques moines pouvant servir de guide à travers la forteresse de Vardzia.

Comment se rendre à Vardzia Cave ?

La distance reliant Tbilissi à Vardzia est de 260,3 km. Par la route il faut compter environ 3h30 mn.

Le taxi est le moyen le plus rapide pour relier Tbilissi à Vardzia. Le trajet s’effectue en 3h27mn.

Par le bus il n’existe pas de ligne directe de Tbilissi à Vardzia. Toutefois, depuis la station de Tbilissi-Didube il est possible de rejoindre Vardzia en passant par Akhaltsikhe. Le trajet, incluant les correspondances, prend à peu près 6h.

Le climat à Vardzia

À Vardzia, les étés sont agréables, avec un ciel dégagé dans l’ensemble.

Si vous projetiez de faire escale à Vardzia lors d’un séjour-découverte de la Géorgie, le moment propice est durant l’été, soit de fin juin à début septembre.

Les hivers sont plutôt froids et partiellement nuageux et il faut aussi s’attendre à voir de la neige en abondance.

Durant l’année, la température varie de -10 °C à 26 °C, cependant, elle peut exceptionnellement descendre jusqu’à -16°C et monter jusqu’à 31 °C.

Archéologie
0 photos

Bonjour

Je suis Naniko de " Promethea Voyages". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+995322221425