Tbilissi

Tbilissi se trouve à l'intersection de l'Europe et de l'Asie. En plus d’être la capitale géorgienne, cette ville située au cœur du Caucase est une authentique station thermale. Dans cette ville cosmopolite cohabitent près de 100 ethnies différentes. D’ailleurs, Tbilissi tire sa richesse culturelle de cette grande diversité ethnique. Focus sur Tbilissi et ses multiples inspirations architecturales, notamment moyen-orientales, byzantines, russes et européennes.

Voyage à travers l’histoire de Tbilissi

L'histoire de Tbilissi , comme capitale géorgienne, remonte au Ve siècle. Elle était un pôle politique, culturel et économique majeur de la région Caucase. D’après les archéologues, Tbilissi aurait été occupée à partir du IVe siècle avant J-C. par différentes puissances voisines comme la Perse, l’Empire byzantin, la Turquie seldjoukide et l’Arabie.

Du VIe au Xe siècle, l’essor culturel de Tbilissi dépendait fortement des différents empires qui l’ont dominé. Malgré cela, la ville réussit à conserver son indépendance. Ce n’est qu’au Ve siècle après J-C que sa croissance fut palpable.

Selon la légende, Tbilissi fut fondée par le roi Vakhtang Gorgasali lors d’une partie de chasse avec son animal, un faucon. Au cours de la chasse, le faucon attrapa le faisan qu’il était entrain de chasser mais tomba avec sa proie dans une source d’eau chaude. Les deux oiseaux en sortirent entièrement bouillis.

Après avoir été impressionné par cette source d’eau chaude dotée de propriétés curatives, le roi décida d’y fonder la cité de Tbilissi. Celle-ci devint la capitale de son royaume.

Autrefois, les bains sulfureux de Tbilissi étaient réputés à travers tout le Moyen-Orient. De fait, l'histoire de la capitale géorgienne et son appellation sont étroitement liées à ces eaux thermales.

Tbilissi aujourd'hui

L’appellation « Tbilissi » provient du vieux géorgien « tbili », signifiant les sources d’eaux sulfureuses et chaudes serpentant sous la ville. Tbilissi s’est progressivement organisée autour de ces sources thermales jaillissant naturellement du sol.

Les principales sources d’eaux sulfuriques de Tbilissi se situent à la périphérie d'Ortachala et d'Abanotubani, le quartier des bains. Généralement, les températures de ces bains soufrés oscillent entre 35 et 37°.

Aujourd’hui, Tbilissi concilie modernité et passé historique en son sein. La majeure partie de l’ancienne ville fut restaurée en 2009 dans le but d’apporter tout leur éclat aux demeures aux tons pastel, ainsi qu’aux monuments historiques.

Toutes les institutions importantes de la Géorgie, hormis le Parlement, se trouvent à Tbilissi. La ville est également riche de marchés, restaurants traditionnels, commerces, parcs et jardins.

Que faire à Tbilissi ?

● Explorer les pittoresques ruelles escarpées et pavées du " Vieux Tbilissi". Des maisonnettes traditionnelles très colorées, avec des balcons en bois ciselé et de jolies cours intérieures, agrémentent les pittoresques rues de Tbilissi.

● Découvrir l’architecture variée de la ville, où les chapelles orthodoxes orientales côtoient des immeubles de style « Art déco » et richement décorés. Les structures contemporaines soviétiques sont dominées parKartlis Deda, la statue emblématique de la Mère patrie, la forteresse Narikala datant du IVe siècle et la grande roue du Mont Mtatsminda.

● Se relaxer dans les bains thermaux du quartier des Bains ou du quartier de Midan.

● Sillonner le marché de Tbilissi, ayant lieu cinq fois par semaine, pour trouver des produits typiques ou savourer la cuisine locale.

● Visiter la cathédrale orthodoxe de la Sainte Trinité, érigée sur la colline de Saint Elie. Elle captive notamment par ses sculptures intégrées à la muraille.

● Assister à un spectacle de danse au sabre.

Abanotubani, un quartier phare de Tbilissi

Passage obligé lors d’une escale à Tbilissi,le quartier d’Abanotubani est jalonné de thermes traditionnels. Ces derniers, alimentés via les sources d’eau soufrée de la capitale géorgienne, sont prisés tant pour leurs vertus curatives que relaxantes.

Abanotubani est l’un des quartiers les plus accueillants et pittoresques de Tbilissi. Pour y arriver, il faut emprunter les rues Botanikuri et Miza Shafi.

Les établissements de hammams, de saunas ou de bains turcs du quartier des Bains sont aussi bien privatifs que publics. Par exemple, la maison Orbéliani, avec sa façade persane décorée de faïence bleue, est l’un des établissements les plus connus du quartier des Bains.

Les bains d’Abanotubani sont d’architecture perse. Leurs décors, faits de mosaïques turquoise, sont parfaitement préservés. De constructions basses, les bains sont creusés dans la terre et sont couronnés de coupoles semi-sphériques. Agrémentées de lanternes, ces coupoles s’illuminent à la tombée de la nuit pour ceux désirant prendre un bain relaxant en soirée.

Son climat

A Tbilissi, le climat est à la fois subtropical humide et continental tempéré. Cela est dû à la double influence des masses d'air sèches provenant d’Asie centrale, mais aussi des masses d'air subtropicales humides issues de la mer Noire.

Les hivers y sont doux, avec une température moyenne de 1,5 °C au mois de janvier. Les étés sont plutôt chauds, avec 24,5 °C de température moyenne en juillet.

Avril, mai et juin sont les mois où la pluie est abondante dans la capitale géorgienne. Par conséquent, la meilleure période pour visiter la capitale géorgienne est de mai à septembre.

Comment se rendre à Tbilissi ?

Par avion :

Tbilissi dispose d’un aéroport international situé au sud-est du centre-ville. A cela s’ajoute le nouveau terminal inauguré le 7 février 2007.

Par train :

Des trains domestiques font quotidiennement la liaison entre Tbilissi et Gori, Batoumi, Poti, Koutaissi, Zougdidi et Marneouli. Des trains internationaux permettent également de rejoindre Tbilissi, au départ d’Erevan ou de Bakou. Pour les voyageurs préférant voyager la nuit, un train depuis la gare d’Erevan circule au quotidien en direction de Tbilissi.

Par autocar :

Erevan et Tbilissi, au départ de l’Arménie, peuvent être reliés par la route à bord d’un matchroutka. Il s’agit d’un minibus collectif permettant de circuler dans l’ensemble de l'ex-URSS. Le matchroutka offre l'avantage d'être peu coûteux. De plus, il favorise les rencontres et les échanges avec la population locale. Les départs s’effectuent depuis la Gare routière Centrale d'Erevan, se trouvant au sud-est de la ville. Ces minibus partent toutes les deux heures environ.

Ville
9 photos

Bonjour

Je suis Anna de " PROMETHEA Voyages". Envoyez nous votre demande, et nous vous répondrons sous 24H
Appelez-nous au
(995 32) 2 22 14 25