La religion en Géorgie

La religion en Géorgie

Géorgie : entre mythologie et croyances païennes

La vie spirituelle des Géorgiens, durant l’Antiquité, était occupée par les croyances païennes. Celles-ci dateraient de la période des guerres civiles survenues dans l’est de la Géorgie pour la succession de Mtsketos. En fait, les Géorgiens auraient oublié leur adoration envers un Dieu unique et auraient commencé à « prier les étoiles et le soleil ».

  

La première entité religieuse en Géorgie remonte au IIIe siècle av. J.-C. Le roi Pharnabaze Ier d’Ibérie imposa le seul Panthéon à son peuple : la trinité, dirigée par le dieu des Dieux et aussi le dieu de la Lune « Armazi ».

Au IVe siècle survinrent de grands changements. En effet, le roi Mirvan III d'Ibérie délaissa les divinités païennes pour se convertir au christianisme. En revanche, le peuple a eu plus de mal à se convertir au christianisme. Des éléments polythéistes traditionnels furent ainsi introduits à la religion chrétienne pour pousser les Géorgiens à la conversion.

Saint-Georges de LyddaSaint-Georges pour les chrétiens, pris la place d’Armazi à la mort de ce dernier. Il est considéré comme le saint patron de la chevalerie chrétienne et de la Géorgie. Ce martyr chrétien du IVe siècle est honoré chaque 23 novembre en Géorgie. Pour l’occasion, certaines régions montagneuses du pays pratiquent des sacrifices d’animaux.

La religion en Géorgie

Les religions majeures en Géorgie

Le Christianisme est la principale religion de la Géorgie. Cette nation est la troisième à faire du christianisme une religion d'État, les deux premières étant l'Éthiopie et l'Arménie. Bien souvent, les chrétiens furent pourchassés par les différentes autorités dominatrices du Caucase.

Durant les premiers siècles après J.-C, les Sassanides imposaient en Ibérie les règles du zoroastrisme. Ceux qui refusaient de se soumettre étaient persécutés. Egalement, durant la période du Haut moyen-âge, les Arabes firent, parmi les nobles géorgiens et la population de nombreux martyrs. Du XVIe au XVIIIe siècle, les Perses et les Turcs en firent de même. Dans les années 1920, les Soviétiques avaient ordonné la fermeture de 1500 églises.

L'orthodoxie, le christianisme oriental, est la religion historique de la Géorgie. Cette religion est imposée comme celle de la royauté géorgienne et celle de l’Etat dans le cadre d’une monarchie géorgienne indépendante. Suite aux mouvements nationaux des années 1970-1980, la religion orthodoxe fut considérée comme la religion nationale. En fait, le nationalisme contemporain exige que pour être un véritable Géorgien, il faut être orthodoxe.

Depuis la Révolution des Rose, l'Eglise orthodoxe prospère. Le patriarche Ilia II est l'un des hommes les plus importants du pays et l’Etat doit compter avec lui. L'orthodoxie, bénéficiant officiellement d’un statut de « privilégié », est la seule Eglise à avoir un concordat avec l'Etat. Malgré la suprématie de l'orthodoxie en Géorgie, d'autres religions ont réussi à immerger.

Aujourd’hui, dans les régions séparatistes de Géorgie, les populations sont à majorité chrétiennes. Cependant, quelques entités religieuses, qualifiées de « dissidentes »,ont intégré les sièges spirituels des républiques autoproclamées. Ainsi, Constantinople ne reconnaît pas la légitimité d’une Éparchie d'Abkhazie. Il en est de même pour l’Eglise orthodoxe de Grèce-Saint Synode-en résistance en Ossétie du Sud, qui ne reconnaît pas l’Éparchie d'Alanie.

Les minorités religieuses en Géorgie

  La religion en Géorgie  

L’islam

Aujourd’hui, les musulmans représentent 9 % de la population géorgienne, faisant de l’islam la deuxième religion après le christianisme orthodoxe en Géorgie. L’islam est inégalement répartit à travers le pays.

La plupart des fidèles occupent la République indépendante d'Adjarie. Dans cette région, les « musulmans géorgiens » sont essentiellement sunnites à cause de l'activité des missionnaires turcs. Il existe aussi des minorités de musulmans sunnites dans la communauté meskhète (soit 1 000 personnes aujourd'hui), dans les Gorges de Pankissi et en Abkhazie séparatiste. Les autres musulmans de Géorgie, notamment chiites, se trouvent en Géorgie orientale et en Basse Kartlie. Les Azéris se sont en effet islamisés en Basse Kartlie depuis les occupations Séfévides au XVIIe siècle.

L'islam fut apporté en Géorgie par différents envahisseurs, comme les Arabes, les Iraniens, les Turcs et les peuples d'Asie centrale. La minorité azérie de Géorgie professe l'islam chiite, parfois sunnite. L’islam sunnite est enseigné par une partie des Kurdes de Géorgie et par quelques minorités du Caucase Nord, dont les Kistes, les Lezguines et les Avars. Une partie des Abkhazes et d’Ossètes sont également musulmans.

Le judaïsme

Avec ses 10 000 membres, dont 3 000 sont pratiquants, le judaïsme est aujourd'hui la plus faible des trois religions monothéistes présentes en Géorgie. Malgré la tolérance des monarchies, des clercs et de l'opinion publique dont a bénéficié la communauté juive, celle-ci a tout de même subi les aléas des différentes invasions, à l’instar des autres populations géorgiennes. "Ethniquement " géorgiens, ils ne sont ni séfarades ni ashkénazes. Cette religion est arrivée sur le territoire Géorgien via deux vagues d’émigration du peuple israélien : au VIe siècle av. J.-C, puis au 1er siècle après J.-C. Elle a pu comptabiliser plus de 100 000 membres. L'antisémitisme n'a pas sa place en Géorgie et la communauté juive est parfaitement intégrée à la société, qui est majoritairement orthodoxe. Cependant, environ 70 % des 30 000 juifs de Géorgie ont décidé d’émigrer en Israël depuis les années 1980 pour des raisons économiques. Après plus de 2600 ans de présence juive, les synagogues de TbilissiOni et Koutaïssi accueillent aujourd'hui les derniers fidèles. D’ailleurs, certains Géorgiens renommés sont d'origine juive, comme le célèbre politicien Badri Patarkatsichvili.

Le Protestantisme

Le protestantisme luthérien était pratiqué par les Allemands piétistes, aussi appelés les Souabes. Ces derniers s’étaient établis, au XIXe siècle, à Tbilissi, à Bolnissi dans la région de Kvémo-Kartlie et à Dmanissi. Dans les années 1990, un pasteur allemand revivifia la petite communauté de fidèles luthériens en hommage au passé germano-géorgienne. Le luthéranisme est la théologie protestante tirant son origine dans les écrits et la pensée du moine augustin et théologien allemand Martin Luther dès 1517. 

Le Yézidisme

Les 6 000 Kurdes yézides de Géorgie ont également leur propre religion, appelée le yézidisme. Le yézidisme est une religion syncrétiste intégrant, entre autres, des éléments du zoroastrisme, de l’Islam, du judaïsme... C’est une religion transmise de père en fils et oralement. Ainsi, une personne ne devient pas yézédi. Elle naît yézédi. Selon la croyance yézidite, Dieu serait venu au monde dans la Perle. Les 7 anges, qui émanèrent de son essence, vont l’aider à créer et gouverner le monde. Régulièrement, ces anges prirent une forme humaine pour initier les hommes à la véritable religion. MalakTâwûs, signifiant l’Ange Paon, était le chef des anges à cause des teintes spirituelles qu’il a récupérées, symbolisant la diversité, le pouvoir et la beauté. Pour les fidèles, l’Ange-Paon refusa de vénérer Adam. Au lieu de le punir, Dieu lui demanda d’être son représentant dans le monde physique. A l’instar des chrétiens et des musulmans, le bien et le mal occupent une place prépondérante chez les yézidis. Malgré quelques temples communautaires à Tbilissi, le cœur spirituel du yézidisme est dans le Kurdistan irakien.

Rapport entre les différentes religions

En Géorgie, le niveau de tolérance religieuse est très élevé. Aucun des monarques géorgiens n’a persécuté un peuple pour cause de religion. Si aujourd'hui les relations entre les religions sont généralement pacifiques, l'orthodoxie, qui prédomine dans l'idéologie nationaliste, a mis à mal les fidèles d'autres religions.

Alors que les juifs, les musulmans ou les yézides ne rencontrent que peu de difficultés, les autres Eglises chrétiennes ont plus de mal à s’imposer. Elles sont vues comme étant des rivales par les orthodoxes, en particulier concernant le patrimoine religieux. D’ailleurs, certains prêtres chrétiens orthodoxes, se sont rendus célèbres par leurs attaques physiques contre des Témoins de Jéhovah ou des Baptistes.

Les perspectives relatives à la liberté religieuse en Géorgie dépendent des relations entre l’Église orthodoxe géorgienne et les autres minorités religieuses. Alors que certains responsables de l’Église orthodoxe de Géorgie œuvrent pour l’œcuménisme et la coopération avec les autres confessions religieuses, les plus radicaux des orthodoxes géorgiens militent pour l’uniformité religieuse.

 

NOS CIRCUITS
Lie a ce conseil de voyage
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$
Parfum the Mongolie
14 jours - 2,350$

Bonjour

Je suis Naniko de " Promethea Voyages". Envoyez-nous votre demande et nous vous répondrons sous 48h.
Appelez-nous au
+995322221425